Afrique du Sud: Johannesburg, l’apartheid et des paysages!

On est arrivés à Johannesburg hier après-midi après 18 heures d’avion où j’ai passé plusieurs heures à me demander ce que pouvaient vivre les gens en classe économie (que je surnomme gentillement la classe charité) , moi qui était dans la classe « comfort + » avec un gros 2.5 pouces de plus pour les jambes.

Étant donné qu’on ne trippe pas trop sur les villes, on s’est réservé seulement la journée d’aujourd’hui pour visiter Johannesburg. Notre guide nous rejoint à 9h pour une visite du township de Soweto. Les townships sont comme des réserves amérindiennes, mais pour les noirs qui représentent plus de 93% de la population du pays.

Je sais très bien qu’aujourd’hui, je m’en vais visiter la pauvreté, la vraie, celle qu’on voit dans les films ou à la télé. Étonnamment, je n’en éprouve aucun malaise. Les choses vues ici jusqu’à maintenant sont bien faites, bien présentées, et on sent partout le désir des gens de partager leur expérience de l’apartheid, de nous faire comprendre ce qu’ils ont vécu, pourquoi les choses sont comme elles sont aujourd’hui. L’apartheid, c’est le système mis en place par les colons hollandais pour dominer le peuple noir à qui ils avaient volé les terres. Ce régime est terminé depuis les années 90 mais les traces en sont encore bien présentes.

On est entrés dans une section du township où il n’y a pas de rues, juste un sentier en terre.

Ils ont un accès à l’eau pour plusieurs centaines de personnes et ils sont trente familles pour ces cinq toilettes chimiques

On croise ici une apprenti électricien qui est entrain de rafistoler le réseau électrique connecté illégalement.

Le guide nous fait visiter sa maison où vivent 24 personnes de sa famille. Elle est composée de cette cuisine et de 4 petites chambres.

C’est propre et très bien tenu, pas le choix, chaque centimètre est optimisé. Tout à coup, on sent une odeur vive de plastique brûlé. Probablement à cause des « travaux » électriques vus avant, la corde à linge/ligne électrique est entrain de prendre feu!

Notre guide lui donne un bon coup de balai pour arrêter tout ça! Pas le temps de lui dire de pas faire ça! il s’exécute et se tape une décharge électrique en passant. Heureusement la ligne s’est brisée tout de suite, il n’a eu qu’un court choc!

On resort d’ici en croisant quelque chose qu’on ne voit presque plus chez nous. Des enfants qui jouent dehors en gang!

Notre guide nous explique que les dons faits lors de notre visite servent à financer des initiatives scolaires auprès des enfants. Depuis la fin de l’apartheid, ils sont de retour dans les écoles. Notre guide parraine un organisme qui s’occupe de leur fournir accompagnement scolaire, repas et matériel pour qu’ils puissent réussir et enfin sortir du cycle de la pauvreté.

Ce pays est superbe, plein de richesses qui ont été pillées par les européens au fil des siècles. Il est aussi plein d’aberrations et de contradictions. En même temps, on sent le désir des gens de passer à autre chose, de sortir de la misère, de mettre de côté ce passé encore si proche… (voir les indications de lignes d’attentes sur cette photo)

Mettre de côté ne veut pas dire oublier, comme on a pu le voir avec les centaines d’enfants qui visitaient les musée dédiés à l’apartheid et à Nelson Mandela aujourd’hui!

Je suis ressorti de là pas mal secoué, surtout du musée dédié aux 67 enfants tués par la police en 1976 parce qu’ils refusaient qu’on leur enseigne dans une langue autre que la leur. Leur printemps érable, mais à balles réelles! Heureusement ils s’en sont sortis, grâce à cet homme, plus grand que nature que fut Nelson Mandela! 🙂

Assez d’émotions pour aujourd’hui, c’est demain qu’on sort de la grande ville et que je fais mes premiers essais de conduite à gauche!


L’apprentissage de la conduite à gauche s’est fait assez facilement. Je m’étais entraîné avec un simulateur sur mon ordi alors l’effet de surprise fut moins grand. On a quand même eu une petite frousse au premier virage à droite où j’ai pas vraiment vu les autos arriver en sens inverse mais ma blonde veillait au grain! J’embarque encore des fois du côté passager et je me trompe de côté pour la ceinture mais c’est tout.

On a pris une superbe route panoramique en direction de notre auberge dans la brousse. Je laisse parler les images par elles-mêmes.

Évidemment, j’imagine que tout le monde a hâte de voir nos photos d’animaux. Ca sera pour la semaine prochaine! En attendant, je vous laisse sur celles de petits visiteurs venus nous voir ce matin.

Publicités

Publié par

masabbatique

Entrepreneur techno, adepte de technologies et de voyages. Je détaille ici les expériences vécues lors de mon année sabbatique débutée en mars 2016.

2 réflexions au sujet de “Afrique du Sud: Johannesburg, l’apartheid et des paysages!”

  1. 30 familles pour 5 toilettes chimiques?? Ça ressemble à certains festivals hihihi … beau coup d’envoi pour ce blogue qui s’annonce encore très intéressant à lire pour nous, pauvres « chariteux » 😉😘🦁

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s